amesha spenta

myspace | bandcamp | Audiotrauma 2009

Sebastien Béné-Le Touarin (Quietophobic et ex-Dexy Corp_), laisse tomber les guitares pour se concentrer sur la programmation pour un projet bien plus ambitieux. Et c’est Audiotrauma qui lui offre l’espace nécessaire pour qu’il s’exprime.
Musicalement, pensez à Ah Cama-Sotz, Empusae, Tzolk’in, Totakeke. Mieux encore à Mind Necrosis Factor duquel il se rapproche dans les sonorités, tout en se caractérisant par des rythmiques plus lourdes et des constructions plus monolytiques. D’ailleurs tous deux font beaucoup moins référence à des cultures musicales exotiques que les autres pré-cités. Mais si ce sont autant de projets différents, ils font partis de la même famille d’artistes s’aventurant à la limite de la conscience. Amesha Spenta est un nouvel explorateur n’ayant pas peur de se perdre dans les confins de notre mémoire collective.

Si le nom du projet fait référence à d’obscures divinités ancestrales perses, que les titres des morceaux, tout aussi obscurs, font ressurgir des fragments de disciplines tentant d’expliquer ce que l’on n’arrive déjà pas à se représenter, Amesha Spenta nous démontre une nouvelle fois que la musique est le langage le plus complexe et le mieux à même d’esquisser la réalité. Et comme les mots ne peuvent décrire cette dimension, de la même façon ils ne peuvent expliquer la musique qui en fait une telle représentation.

Mais sachez que si vous êtes fatigués de vivre à la surface, exposés à cette pollution sonore et spirituelle, distraits par toutes ces interférences qui viennent couper votre cerveau de la vérité comme une sorte de brouillard recouvrant tout, des projets tels qu’Amesha Spenta ont participé au forage d’un tunnel vers les entrailles. Et plus vous vous enfoncez, plus vous vous libérez.

comments powered by Disqus