giscard le survivant
delenda quoque vulcania

01 Débauche De Couleurs, Couleurs De La Débauche 4:04
02 Mort D'Un Odontostomatologue Castro-Gontérien 5:36
03 Gymnastique Spécieuse, Grotesque Muscade 3:56
04 Je Goûte Du Roc Sous Ma Casquette De Prune 3:45
05 Inter-Mariages Proto-Bulgares 4:03
06 Des Balles Dans La Gueule Du CNPF 2:28
07 Le Sapin De Pétain A Disparu 3:40
08 Tchernobyl Les Mains Dans Les Poches 3:24
09 Panagoulis Dans Le Décor 3:25
10 Lycanthropie, Fléau Actuel De Nos Villages 2:02
11 Une Seule Chaussette A Chaque Pied 1:48
12 Degrés Rubiconds Du Lieu Saint Salvadorien 3:11
13 Tout Est Perdu Fors L'Edgar 4:10
14 Ma Fin Trop Brutale Et Facile 3:49

Giscard s'intéresse aux anachronismes, aux discours décalés ou désuets, tel ce sample d'une émission époque Pompidou, où l'on s'inquiète de l'informatique qui vient d'éclore. Comme cette peur, ridiculement pressentie, de voir disparaître le politique remplacé par le "software". Le Politique a effectivement disparu, mais l'homme politique, lui, s'en est sorti ...

Giscard a survécu

Mettez-vous dans la peau d'un auxiliaire de vie supportant les vieillards dans un hospice, abrutis par des programmes télé d'un autre temps et vous intègrerez la dimension sénile dans laquelle évolue Giscard le Survivant.

Les titres des morceaux trahissent une Alzheimer bien avancée, que Giscard réfutera biensûr, et qui mettent en évidence le chaos qui régit son esprit malade. Des associations d'idées saugrenues ou grotesques pour le plaisir de rendre fou ses psychiatres : Des Balles dans la Gueule du CNPF (ou la Quasi Noyade d'un Ours Curiste en Forêt) relève de la malice du croulant qui, au moment de se faire laver le cul à l'eau de Cologne par l'infirmière éreintée d'affliction, lâche le pet adéquat. Il pense ainsi affirmer son existence (s'il a survécu, est-il toujours vivant pour autant), mais il ne fait que trahir un pathétique retour à la phase anale que son sphincter à l'agonie a bien du mal à assumer.

Le son est unique, et évoque le kitsch de ces papiers peints seventies. Les références et l'inspiration viennent de nulle part. Les rythmiques sont tordues et je soupçonne Giscard de s'inspirer de choses aussi débiles que ce triple gif animé qui m'irrita les yeux quand je parcourrais le site du vieux et qui se trouvait être parfaitement synchrone avec le morceau Tchernobyl les Mains dans les Poches.

L'auditeur essaye de comprendre, tout de suite happé par la curiosité d'un univers obscur, en quête de la vérité dans les paroles du fou, alors même qu'il semble n'y avoir qu'inepties et délires séniles. Vous savez, comme ces médecins qui cherchent à rentrer dans l'univers d'enfants autistes. Mission périlleuse mais passionnante pour qui a un minimum de bagage en gériatrie.

comments powered by Disqus