mind necrosis factor
morphogenesis

deezer | audiotrauma 2008

01ObsKur5:26
02Beyond The Flesh3:43
03Atman3:49
04Song Of Dunes5:43
05Neurolyze4:19
06Sombras4:37
07Immanence5:28
08Soma Sema3:33
09Senescence8:42
10Shabda4:00
11Dukkha4:03

Le matin, tu te rases et toujours ce même visage dans le miroir. La plupart du temps, tu n'y fais même plus attention. Mais aujourd'hui il se rappelle à toi. Cette tête de chien horrible et ridicule. Comment une telle aberration a-t-elle été rendue possible. Un visage canin, ridicule et horrible. Le déterminisme de la forme. Mais qu'en est-il de l'informe. De la tare. Vas-y. Tu peux te frapper la tête contre le miroir. Tu ne pourras pas changer de forme. Le reflet, certes.

Voilà que tu t'affales, le menton percutant au passage le rebord du lavabo. Le carrelage de la salle de bain recueille la forme qui se répand en un liquide. Rouge. Même si tu arrivais à la modifier, tu resterais cette forme dont tu te souviens. A jamais. Car tu es cette forme. Cette forme est ton égo.

Viens, je t'emmène. Je vais te montrer. La genèse de la forme que tu es. Vois tes ancêtres. Vois l'héritage que tu renies. Tout est en toi. Tu n'as qu'à m'appeler pour y accéder. Regarde avec quelle volonté et quel courage ils ont survécu pour arriver jusqu'à toi. Et toi tu voudrais tout effacer parce que la forme ne te convient pas ... Pauvre fou.

L'informe contemple. Jamais il n'aurait pu se douter que sa forme renfermait tant de force et de beauté. Et tous les siens, depuis le premier jusqu'à celle qui l'a enfanté, se retournent vers lui. Les regards l'interrogent et il pleure.

Viens. Je te ramène. Tu te relèveras. Tu remplaceras le miroir. Et tous les matins, tu auras hâte de te raser pour contempler ce visage. Car tu sais maintenant. Tu croiras entendre des chants. Des incantations. Tu croiras qu'ils t'appellent. Mais tu te rendras compte, comme une révélation, que c'est toi qui chante.

Dogme :
"Bon maintenant que la blague est faite, tu nous sors la vraie chronique ?"

Que veux-tu que je te dise. Que la musique de Mind Necrosis Factor est constituée de mélodies acoustiques et de rythmiques electro-indus à la FLA. Qu'on peut y entendre des chants tribaux venus d'ailleurs paraissant perpétuer une culture orale oubliée. Que la profondeur de cette musique shamanique (cette fois dans le bon sens du terme) nous fait approcher les abysses de notre conscience. Il y a un mp3 pour ça.

Que je t'explique comment l'embryon, au premier stade n'est qu'une cellule oeuf qui se divise pour se multiplier. A un certain stade, l'amas de cellules se spécialise. Toutes les cellules qui étaient identiques changent de forme pour devenir des cellules musculaires, pour former le coeur ou le cerveau. C'est la morphogénèse, mais y a wikipédia pour ça.

Que le système immunitaire peut libérer une substance en réponse à une infection, par exemple une tumeur au cerveau. Mais cette substance, même si elle semble remplir son rôle au début, s'attaque non plus à la tumeur mais au cerveau lui-même. C'est ainsi que le Tumor Necrosis Factor alpha (TNFa) se transforme pour Pierrick en Mind Necrosis Factor. Avec tous les questionnements que cela peut poser. Comment une substance créée par notre corps, censée le protéger qui plus est, peut se retourner contre lui d'une façon on ne peut plus déloyale. C'est le concept de Mind Necrosis Factor, mais il y a la page Virb.com qui l'explique très bien.

Je ne suis pas là pour vous vendre de la camelote, ni pour vous dire si j'ai aimé, pas aimé, combien d'étoiles, quelle note sur 5. Je suis là pour vous rendre compte de ce que j'ai pu ressentir en écoutant un album incroyable. Pour vous dire qu'il me file des frissons à chaque écoute. Que le neuvième titre me donne invariablement envie de chialer. Mais pourquoi ? La parabole de la salle de bain est le meilleur moyen que j'ai trouvé pour estimer, non pas ce que le créateur a voulu dire, mais ce qu'un auditeur est susceptible de ressentir. Et là, il y a Freak Show Factor pour ça.

the Form Factor (a try of translation)

The morning you shave and always this same poor face in the mirror. Most of the time, you don't pay attention. But today it remembers you. This horrible and ridiculous doggy look. How this aberration was made possible. Such a ridiculous and horrible canine face. Determinism of the form. But what about the formless. The tare.
Go ahead! Hit your head against the mirror. But you can’t change the form. The reflection, sure.

Here you’re falling, the chin striking on the way the edge of the wash-hand basin. The tiles of the bathroom is collecting the form as a liquid. Red. Even if you could modify it, you will remain this form which you remember. Forever. Because you are this form. This form is your ego.

Come ... come with me. I’ll show you. The genesis of the form which is you. See your ancestors! See the heritage that you deny. Deep inside. Look with which will and which courage they survived to make you alive. And you want all this deleted because the form doesn’t fit? … You're insane!

The formless one contemplates. He could never have suspected that its form contained so much strength and beauty. And all of his people, since the first, until the woman who gave him birth, are now facing him. Their eyes are questioning and now he’s crying.

Come. I bring you back. You will stand up. You will replace the mirror. And every morning, you’ll be in a hurry to shave and contemplate this face. Because now you know. You'll think you hear people singing. You'll believe they call you. But you’ll realize, like a revelation, that you are singing.

comments powered by Disqus