punish yourself - cult movie

spotify | deezer | active entertainment 2007

A l’affiche ce soir un film d’un genre nouveau pour Punish Yourself, puisqu’ils délaissent leur cyber punk hardcore pour parcourir différents styles à la manière d’un road movie sanglant. Vous l’aurez compris, les Fluos invitent à la fête zombies de tous poils, vampires et chimères, pour un bal fantastique.

Les références se succèdent dans un décor de Titty Twister homérique. La BO oscille entre metal indus surpuissant à la Ministry ou Rob Zombie, allant jusqu’au progressif crimsonien.

Le film allie la naïveté d’un Tarantino noyant son génie sous les références de ses idoles au professionnalisme clinique d’un Ridley Scott. Car si on s’amuse d’abord à reconnaître les clins d’œil, on est rapidement saisi par le découpage acéré, alternant enchaînements psychotiques de folie meurtrière et plans séquences tragiques d’une incroyable froideur. La beauté de l’image, son grain, vous plonge dans un univers merveilleusement glauque. Beauté morbide portée par de sublimes compositions d’acteurs (mention spéciale à la section rythmique, que ce soient batterie ou machines, totalement impitoyables dans leur rôle de méchant).

Les Fluos ont délaissé leur son punk et brut pour une super-production indépendante, en constante évolution, à l’ambiance finalement très gothique. N’attendez pas qu’il passe à la télé, ce film-là se regarde sur grand écran.

PS : à noter que le somptueux packaging a été pris en charge par le magnat de la cyber communication audio-visuelle, j’ai nommé Kompleet System.

comments powered by Disqus