the teknoist - like a hurricane made of zombies

spotify | deezer | ad noiseam 2014

Le petit Nono (The Teknoist) est un enfant associable et hyper-actif comme l’énoncent pudiquement les différents psychologues (le chroniqueur) qu’il a éreinté. Ces spécialistes encouragèrent ses parents (Ad Noiseam) à organiser un goûter avec ses nouveaux petits camarades de classe (l’auditeur) pour éviter ce qui arriva à sa dernière école réduite en cendres.

Mais le petit Nono ne voulait voir personne et restait cloîtré dans sa chambre. Les autres enfants, qui s’amusaient bien ensemble dans le jardin, furent conviés par les parents de Nono à aller le rejoindre dans sa chambre.

Cet enfant pourri-gâté y accumulait des montagnes de jouets magnifiques et high-tech. Les autres se ruèrent dessus, encouragés par les parents qui, une fois s’être assuré que tout se passait bien, les laissèrent seuls.

Le pauvre Nono, acculé dans un coin, pris au piège, ne pouvait que constater avec effroi ce tourbillon de mains s’agglutiner, et tous ces pieds investir son espace vital. Il fallait qu’il réagisse. Ce qu’il fît de la seule manière qu’il connaissait finalement.

Il arrachait de leurs mains ses propres figurines pour les fracasser au sol. Même sa console de jeu hors de prix connu un sort tragique. Après la colère, l’extériorisation de sa frustration le mis en joie. Il n’attendait même plus qu’un de ces envahisseurs le spolie. Il avait fini par les choisir lui-même dans cette collection infinie, les narguait en leur agitant sous le nez le spécimen d’une valeur inestimable, et l’explosait avec jubilation.

S’ensuivi un jeu qui s’avéra vite lassant pour les invités. Les enfants tentant de jouer le plus longtemps possible avec chaque objet jusqu’à ce qu’il leur soit arraché des mains. Nono s’amusait bien jusqu’à ce qu’il s’aperçoive qu’un petit garçon, qui s’était fait oublié, jouait avec un camion de pompier d’un autre âge.

Cela le rendît fou et il se rua sur lui, confisqua le lourd objet de métal vieilli et commença à buriner frénétiquement la tête du malheureux. Tous les autres enfants s’enfuirent complètement paniqués. Plusieurs minutes plus tard, on pouvait encore entendre leurs cris stridents à travers toute la maison.

Quand les parents du petit Nono arrivèrent enfin dans la chambre, le camion de pompier continuait de s’abattre sur ce qui restait du visage du petit garçon.

comments powered by Disqus